Renke communication : graphiste freelance print & web, indépendante à Nantes & Paris, spécialisée dans l'image, la communication imprimée, l'internet et le multimédia, le graphisme, le webdesign, l'édition, la photographie, le rédactionnel

Entretien avec un écrivain, réalisateur et metteur en scène

Eugène Green

Entretien avec Eugène Green, homme de théâtre, réalisateur, écrivain et essayiste, réalisé à Paris par Karen Lavot-Bouscarle et Arthur Kopel, le 7 juin 2010.

[ extrait ]

Karen Lavot-Bouscarle — Vous parliez tout à l’heure du moment où la caméra reste sur un plan alors que le personnage sort du champ... Comme vous le dites, le cinématographe est la parole faite image. Vous avez également écrit que « la parole est à moitié bruit et à moitié silence ». Où se loge la parole dans ce mi-bruit et ce mi-silence ?

Eugène Green — Le silence est justement la présence réelle qui est là. Sans ce silence, la vraie parole ne peut pas jaillir. Un des problèmes de notre civilisation est que l’on a interdit le silence, comme on a interdit la fiction. Là où nous sommes, il y a du bruit extérieur, mais on peut dire que c’est quasiment un lieu silencieux...

K. L. — Pour vous, le silence concerne plus la présence réelle que les choses que pourraient dire deux êtres présents physiquement dans la même pièce, mais sans parler ?

E. G. — Oui, ils ont justement besoin du silence pour communiquer par leur présence. Sans le silence, il ne peut y avoir de présence réelle et la parole qui sera proférée en l’absence, qui ne sortira pas du silence, ne sera que des mots. Il faut ce silence. Si on part du silence, on peut ensuite créer la parole. (…)

> Lire sur www.artkopel.com/Eugene-Green